15 avril 2018

BEEZIE MADDEN : ET DE DEUX !

Beezie Madden : et de deux !

L’AccorHotels Arena semble porter chance aux cavalières américaines. Trente et un ans après Katharine Burdsall et The Natural, à l’époque où ce lieu se nommait encore Palais Omnisport de Paris Bercy, c’est une autre cavalière des États-Unis qui a été sacrée vainqueur de la 40ème finale de la Coupe du monde Longines FEI.

Une compétition qu’elle aura finalement menée de bout en bout malgré la petite faute de Breitling LS au milieu de la seconde manche : « Là, cela m’a rendu un brin nerveuse, puis je me suis vite reconcentrée car je savais que je pouvais faire confiance à mon cheval ». Mais ces quatre points n’avaient plus rien de dramatique car le Suédois Henrik von Eckermann venait de faire la même chose… pour la raison inverse : « J’ai mis trop de pression à Mary Lou sur cet obstacle, je ne lui ai pas fait confiance alors qu’elle n’avait pas besoin de cela, elle est si bonne. Après, je me suis un peu décontracté et tout s’est bien passé. Quand je pense que je dois ma vocation à Ludger Beerbaum, que j’avais vu pour la première fois à Göteborg alors que j’avais 14 ans. Lui avait été premier et moi c’est la deuxième fois que je suis troisième » … Car le Suédois a dû céder la deuxième place qu’il tenait depuis vendredi à l’Américain Devin Ryan dont le cheval, le jeune Eddie Blue, âgé de 9 ans, a été le seul de la semaine à ne pas avoir fait tomber la moindre barre : son point pour temps dépassé de la deuxième journée lui coûte très cher : « Mais je suis très fier de me retrouver pour la première fois sur un podium mondial, à côté de Beezie Madden qui est une cavalière que nous respectons tous, cela vaut une victoire. J’espère que ce résultat donnera envie à notre entraîneur national de penser à moi pour les sélections pour les Jeux équestres mondiaux de Tryon ».

Cette Coupe du monde Longines FEI donne lieu en général à une confrontation entre les États-Unis et l’Europe, cette fois, l’US Equestrian Team a clairement gagné le match avec trois cavaliers parmi les quatre premiers, les cavaliers européens occupant cinq autres places du Top 10 où l’on retrouve également un Colombien. On notera les belles remontées des deux anciens vainqueurs de l’épreuve, Daniel Deusser et Steve Guerdat, après la deuxième journée (15ème et 19ème) et qui finissent tous deux dans le Top 10 (8ème et 10ème). Ils ont signé, avec Devin Ryan, les seuls doubles sans-faute de l’épreuve finale.

Dans le camp français où seul Roger Yves Bost pouvait repartir en seconde manche après un beau sans-faute de Sangria du Coty. Une performance que la jument n’a pas pu réitérer (9 points) et le meilleur Français concluait à la 13ème place du classement final.

Ce retour à l’AccorHotels Arena a été une réussite absolue, un pari tenu par l’équipe de GL events Equestrian Sport. Les portes de cette Coupe du monde Longines FEI se referment.
Prochain rendez-vous en octobre pour la 41ème saison qui passera par Equita Lyon le week-end de la Toussaint du 31 octobre au 4 novembre 2018.
L’histoire de ce magnifique et historique circuit n’est pas terminée.

Ils ont dit :

Beezie Maden (USA, 1ère) : « Je suis ravie d’être rentrée dans le club très exclusif des doubles vainqueurs de la Finale Coupe du monde Longines FEI. Deux fois, c’est magnifique. Je suis très heureuse pour moi, mais aussi pour toute mon équipe, mon mari John et ma propriétaire qui est venue voir son cheval gagner. Nous sommes trois Américains dans le top 4, avec Devin et son cheval qui n’a que neuf ans, et McLain avec sa fidèle HH Azur. J’adore la Coupe du monde, j’adore ce format de compétition, c’est mon championnat annuel. C’était le premier championnat de mon cheval, je suis venue ici assez confiante, mais je n’étais pas sûre qu’il puisse être le meilleur du début jusqu’à la fin de la compétition. J’ai essayé Breitling quand il avait 7 ans chez Jeroen Dubbeldam et progressivement il a pris beaucoup de confiance. Ces deux dernières années, il a encore pris de l’expérience mais manquait de régularité et je ne pensais pas qu’il pourrait arriver aussi vite au top à ce niveau de compétition. Je me rends compte aujourd’hui à quel point il est performant et je sais maintenant qu’il est vraiment la relève de Simon et Cortes C ».

Devin Ryan (USA, 2ème) : « J’ai la chance d’avoir un cheval extrêmement respectueux. Ça a toujours été sa grande qualité, il a déjà été champion à 5 et 6 ans, et à 7 ans il a remporté son premier Grand Prix. L’an passé mon objectif était clairement de me qualifier pour cette finale et j’ai obtenu ma qualification dans la ligue américaine de l’Est. Mon objectif est bien sûr d’atteindre un jour le top dix et j’espère que cette performance donnera envie au sélectionneur de penser à moi pour une place dans l’équipe des États-Unis pour les Jeux équestres mondiaux de Tryon ».

Henrik von Eckermann (SUE, 3ème) : « Mary Lou a été fantastique comme toujours. Si nous avons fait tomber cette barre, c’est vraiment de ma faute. J’ai perdu un peu de rythme en milieu de cette seconde manche alors que j’aurai dû lui faire plus confiance. Je suis en colère contre moi. Ma jument était assez tardive et il y a deux ans, elle a énormément progressé en 6 mois seulement. C’est ce qui nous a permis d’être déjà 3ème de la précédente finale Coupe du monde à Omaha. J’aurai voulu faire mieux cette année ».

Santiago Varela (chef de piste) : « C’était du très beau sport. Je suis très content de cette semaine. Je veux remercier le comité organisateur qui m’a demandé de construire les parcours ici, et bien sûr toute l’équipe qui a travaillé avec moi tout au long de la compétition. Dans les prochaines semaines, je serai chef de piste sur les concours de Madrid et de Calgary. Et je suis très heureux d’avoir été choisi pour faire la piste des prochains Jeux olympiques qui auront lieu à Tokyo en 2020, c’est un grand challenge ».

CRÉDIT PHOTO ©PSV-J-MOREL

 

VOIR TOUTES LES ACTUALITÉS            RÉSULTATS            PHOTOTHÈQUE

 

 

© 2018 tous droits réservés. Mentions légales